Comme un yoyo

 Mises au point avec mon chéri. Il a effectivement « rechuté » (quel horrible mot) et a fumé quelques cigarettes par-ci par-là. Il lui faut un peu de temps pour arrêter définitivement. Soit. Je comprends. Cette décision d’arrêter était surtout la mienne, après tout.

Quant à moi, cela fait aujourd’hui 8 jours que je n’ai pas fumé une seule cigarette. Je suis tout de même fière de moi. J’ai décidé de prendre les granules homéopathiques pour me donner un coup de pouce car quand le moral va, tout va mais sinon…

Je me sens comme un yoyo.

J’aborde parfois ma journée en pestant contre la cigarette et en jurant qu’elle ne m’aura plus, que j’ai parfaitement compris son manège. J’en viens même à me rendre à côté de mon chéri qui fume sur le balcon, exprès pour vérifier que je peux détester l’odeur, si âcre, de la clope. Comme une non-fumeuse ! Un autre jour, je suis sur le point de craquer en me disant : rien qu’une petite! M’en fiche si elle est pas bonne!

Mais je me reprends, quand même. Et je me le répète : non la cigarette ne provoque aucune sensation de plaisir, elle ne comble qu’un manque qu’elle a elle-même créé. En plus d’être néfaste, elle est donc complètement inutile. Je peux tout à fait vivre sans.

Mais je reste quand même à fleur de peau.

Publié dans : Sevrage |le 17 août, 2007 |1 Commentaire »

Vous pouvez laisser une réponse.

1 Commentaire Commenter.

  1. le 17 août, 2007 à 16:53 Mohand écrit:

    T’es la meilleur, je t’aime…

Laisser un commentaire

Neuf mois et plus |
Bagheera, une amie qui vous... |
hey iris_ |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lubna :Oui a la différence ...
| chrisfri
| blogmemy